Étude : Quels mots les jeunes mettent-ils sur les religions ?

L'association Coexister a exploité un questionnaire qu'elle utilise auprès de collégiens et lycéens pour savoir quels mots ils associent avec le christianisme, l'islam, le judaïsme et l'athéisme. « Ce questionnaire n'a pas été produit pour réaliser une étude. Il sert d'outil de travail aux animateurs de l'atelier «Déconstruire les préjugés» menés auprès de collégiens et lycéens », indique Marie Houdelette, déléguée nationale au « Pôle sensibilisation » qui forme les animateurs à ces ateliers. Le questionnaire est totalement anonyme. Les élèves entourent la conviction dont ils se sentent le plus proche et ont 3 minutes pour écrire trois mots dans les colonnes des quatre convictions proposées. Depuis deux ans, l'association a accumulé quelque 1 896 réponses et s'est attelée à les trier pour en déduire de grandes tendances. Elle met en garde sur d'éventuels biais : « Ces ateliers ont eu lieu à 80% dans des établissements privés ». Pourtant, les pourcentages de conviction des répondants ne sont pas très éloignés des estimations qui ressortent de diverses études portant sur la population en général même si cet échantillon compte tout de même plus de chrétiens. 49,4% des élèves se déclaraient chrétiens, 42,6% athées ou agnostiques, 6,5% musulmans, 0,76% juifs. 


Concernant les mots attribués aux différentes convictions, « on note un contraste entre l'auto-association à la religion dans laquelle ils se reconnaissent et pour laquelle ils donnent plutôt des mots de l'intériorité comme »prière» - et l'alter-association, la religion »des autres» plutôt désignée par des signes extérieurs comme un lieu de culte, le voile ou la kippa », analyse Samuel Grzybowski, fondateur de l'association Coexister. La plupart des mots témoignant de préjugés arrivent en deuxième vague, un peu plus bas sur la liste de tous ceux qui sont donnés : l'association « juif/radin » arrive en 15e position, « islam/terroriste » en 17e position, « christianisme/coincé » en 30e position, la plupart du temps par des élèves qui ne se reconnaissent pas dans cette confession.



*Coexister est un mouvement interconvictionnel de jeunes fondé en 2008. Il a pour objectif de favoriser le vivre-ensemble par le faire-ensemble (actions bénévoles par exemple). 


Cet article est paru dans la lettre mensuelle LaïCités de décembre 2017. Pour la retrouver en intégralité, vous pouvez acheter le n°13 ou vous abonner.